Situations embarrassantes

La semaine dernière, j’avais rendez-vous de bon matin avec une copine, pour un « café-papotage » avant de filer au boulot (ndla : oui, on en est là : grappiller du temps où l’on peut, soit entre 7 heures et 8 heures).
C’est une copine plutôt « fifille » de mon point de vue. Je m’explique : je l’ai déjà dit, je ne suis pas très maquillage, brushing, longues réflexions sur ma tenue du jour, masques capillaires, etc… Moi, c’est plutôt douche expresse le matin pour ne pas perdre une minute de sommeil et crédo « je suis une femme sans artifice : à prendre ou à laisser ».
Du coup, toute femme qui se maquille un peu, soigne sa coiffure, ne passe pas son temps en jean/converses, pour moi c’est une femme « fifille » (= qui fait attention à elle).
Bref, de bon matin, voilà ma copine « soignée » qui déboule, bien sapée, bien coiffée, etc, et se penche vers moi pour me claquer la bise.
Et là, horreur, elle a un caca d’œil mais absolument énorme (= je crois que même en période de conjonctivites je n’ai jamais vu un truc pareil !) étalé du coin de l’œil jusqu’au milieu de la joue ! Un truc bien moche (=vert/jaune), bien dégoutant. Dans un réflexe de survie, je la repousse d’un geste de la main et lâche :
« Je ne t’embrasse pas, il y a plein de gastros au boulot, et je ne me sens pas en forme ce matin ! »
Elle de me répondre classiquement : « Oui, ben garde tes microbes ! ».
Et moi de penser : « Et toi, tes crottes d’œil immonde ! »
Parti sur cette base-là, le petit café sympa du matin n’a pas vraiment été à la hauteur de mes espérances.
D’abord, par souci de cohérence et de crédibilité, j’ai dû renoncer à l’expresso bien serré dont je mourrais d’envie et opter pour un thé nature…
Puis, j’ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur la conversation qu’elle tentait d’initier. Je ne voyais que cette crotte d’œil monstrueuse sur son visage et je me disais, non sans culpabilité, qu’il était trop tard pour lui dire quoi que ce soit sans passer pour une dinde.
Enfin, je découvrais des choses que je n’avais jamais relevées jusque-là : les tâches sur son beau manteau noir, les ongles pas vraiment nets, etc …..Ma copine était-elle en fait « chic mais crade ? ».
Ce qui me subjuguait tout à fait, c’était que ses yeux étaient maquillés. Pourquoi ?
– Parce que, personnellement, il ne me viendrait pas à l’idée de me maquiller sans m’être lavée (ce serait un peu comme remettre des sous-vêtements sales après une bonne douche…) ;
– Parce que je n’arrivais pas à comprendre comment elle avait réussi à mettre du mascara sans voir ce truc dégoutant sur son visage !!
Oui, oui, je sais ce que vous pensez : « ce n’est pas très sympa de ne rien lui avoir dit » / « à sa place j’aurais aimé que l’on me prévienne » / etc….
Mais ce n’est pas toujours facile d’être fidèle à ses principes ….
Vous avez souvent eu le cran de dire à un homme (qui n’est ni votre père, ni votre meilleur ami, ni votre mari) que sa braguette était ouverte en mettant de côté l’angoisse que l’on vous prenne pour une vicieuse (« Où elle porte les yeux celle-là ? ») ?
Vous avez systématiquement indiqué à votre chef, à la cantine, qu’il avait des épinards coincés entre les dents, au risque de le mettre mal à l’aise (qu’il a l’air idiot quand il sourit …) et de faire passer les autres convives pour des cons (car, eux, n’ont rien dit) ?
Soyez honnêtes, vous avez probablement, parfois, poursuivi votre chemin la conscience pas très tranquille vous aussi…. Non ?