C’est toi?

Après un long silence (j’ai beaucoup voyagé à travers le monde, construit des orphelinats et des puits… mais non, je blague, j’ai glandouillé en sirotant du rosé et en lisant beaucoup, beaucoup, beaucoup*…), voici un petit billet que je qualifierais de « presque de rentrée » (tout est bon à prendre : officiellement, la rentrée est seulement le jeudi 1er septembre, alors non, ce n’est pas encore fini !!!!) sur une question très mais alors très très très « conne ». A savoir (lieu de la discussion absolument sans importance: la rue, un bus, un centre commercial…) :

– « C’est toi? »

Le plus consternant c’est que, en général, la personne interrogée a une réponse du même niveau (c’est dire) :

– « Oui, c’est moi ».

– « Je me suis demandé si c’était bien toi ».

On ne touche pas le fond, là, peut-être?

Outre la question même qui est donc au-delà du stupide (hormis dans un mauvais film d’horreur, qui pourrait répondre « non, je ne suis pas qui vous croyez, j’ai simplement pris possession de son corps »), ce qu’elle implique est presque aussi dévastateur pour l’ego que ces sales mioches qui ne nous reconnaissent pas sur nos photos de mariage ni sur nos cartes d’identité (même lorsqu’elles ont moins de 10 ans !), parce que, au fond, ça veut dire quoi cette question conne, hein, si ce n’est :

– « Elle a pris un coup la mère …. » (comme les Spice Girls. Se reporter au film « Le cœur des hommes »)

– Ou, sur le même thème, « Tu étais une bombe, tu es devenue un tas »

– Voire l’inverse (en toute honnêteté, c’est très peu probable…)

– « Tu as remarqué que le botox a l’air de faire des miracles sur Olivier Mine? »

– « Avant tu avais du style, maintenant tu as des enfants »

….

Alors, n’oubliez pas ce que l’on vous répète depuis l’enfance : tournez votre langue sept fois dans votre bouche avant de parler !

* D’ailleurs, je vous conseille vraiment « Les Intéressants » (Meg Wolitzer).
Pas mal aussi : « Charlotte » et « Le mystère Henri Pick » (les deux de David Foenkinos). Pour « Charlotte », mieux vaut quand même avoir le moral lorsqu’on s’y met…